Peut on encore aller faire des concerts en Israel ?

logo

Voilà un post qui risque de faire des vagues, mais j’avais envie de partager ici un débat qui nous tient à coeur.

Depuis quelques temps, les artistes invités à faire des concerts en Israël sont systématiquement interpellés par des associations les priant ne pas se produire dans ce pays, et ne pas soutenir le gouvernement actuel et sa politique, estimant que l’Etat d’Israël pratique un Apartheid, une politique de colonisation et des crimes de guerre envers les Palestiniens. Il est évident que dans cette région du monde, dans une guerre sans répit, longue et violente, le débat est extrêmement animé et complexe. La Culture semble être aujourd’hui un enjeu, voir un nouveau champ de bataille de ce bien triste conflit.

Depuis quelques jours, deux artistes de jazz, Erik Truffaz et Jacky Terrasson sont pris à parti dans une polémique féroce, via facebook, les réseaux sociaux, les sites internet, débat qui déchaine les passions par leur venue au Red Sea Jazz Festival, à Eilat en Israel ce mois ci. Ces deux artistes sont connus et reconnus pour leur talent, leurs qualités humaines, leur grande ouverture d’esprit, leur position pacifiste et leur générosité.

Voici donc, dans ce post notre position sur ce débat. Pour essayer de sortir d’une polémique difficile, et d’éviter les pièges du manichéisme, de l’aveuglement, de la manipulation et de l’intolérance.

Pour situer le contexte, tout d’abord voici un bref historique.

Le 12 Décembre 2012, nous concluons un contrat pour deux concerts au Red Sea Jazz Festival de Jacky Terrasson en trio avec les organisateurs du festival.

Le 2 Janvier, nous recevons un courrier du BDS France (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) nous demandant de boycotter ce concert. Voici cette lettre:

LettreBDS
 
Le 4 Janvier, je prends contact avec le représentant de cette association, Monsieur Dror Warschawski. Nous parlons une bonne heure au téléphone, nous essayons d’expliquer pourquoi nous avons accepté de jouer en Israel et notre refus d’être instrumentalisé dans ce conflit, et notre refus de boycotter ce festival et nos fans en Israel tout en expliquant notre sympathie envers la cause Palestinienne, notre tristesse dans cette guerre féroce, et notre mission première, à savoir de délivrer un message de paix.

Dans le même temps, la RTS (Radio Suisse) organise un débat le dimanche soir en direct, au sujet de la présence d’Eric Truffaz au Red Sea Jazz Festival (son animateur nous ayant contacté dans le week-end, mais nous n’étions pas disponibles pour participer à ce débat). Nous constatons que les murs facebook des pages de fans d’Erik et de Jacky sont envahis de commentaires, de pressions, pas par nos fans habituels, mais des militants. Certains commentaires sont franchement désagréables, et c’est vraiment du harcèlement et du dénigrement caractérisé. Les murs deviennent des champs de bataille entre les militants activistes du boycott, les fans et les israéliens et pro-israéliens. Quelle tristesse !

Le 7 Janvier, nouvelle communication du BDS, cette fois ci par émail. Se faisant plus pressante. Le festival est marqué par “le sceau de la honte”. Voici cet émail:

MailBDS

Ce sont à présent des émails directement envoyés à notre bureau, aux artistes, de personnes inconnus, et c’est un vrai raz de marée. Face à cette pression et ce harcèlement nous avons décidé de répondre, de publier cette réponse sur notre blog et nos réseaux sociaux et de défendre notre position. Je pense que notre réponse montre une troisième voie, plus juste, plus tolérante pour sortir de ce conflit où l’on souhaite instrumentaliser les artistes. La Voici:

Cher Dror Warschawski, 

Comme je vous l'ai indiqué au téléphone, nous ne partageons pas vos méthodes de "pression sur les artistes", votre Boycott Culturel. 
Nous refusons d'être instrumentalisé et nous ne céderons pas à vos pressions par courrier, par mail, par téléphone et sur facebook.

Jouer en Israel ne veut pas dire que nous approuvons la politique de son gouvernement, et ne veut pas dire que nous ne comprenons pas le désarroi et la souffrance de la population palestinienne. Votre tentative d'enfermer les artistes dans un dilemme manichéen est une malhonnêteté intellectuelle. Prétendre que soit nous jouons au Red Sea Jazz Festival donc nous soutenons la politique d'Israel ou soit nous annulons et nous montrons notre compassion pour le peuple Palestinien est une attitude bien trop réductrice, et nous refusons de rentrer dans aucune de ces deux cases là.

1/Jacky n'a pas joué en Israel depuis plus de 15 ans, et nous avons de nombreux fans qui se réjouissent de sa venue. Nous aimons les êtres humains, qu'ils soient israéliens, palestiniens, juifs, musulmans, et nous jouerons toujours pour l'humanité.
 Nous ne faisons pas de ségrégation de notre audience et de nos fans.

2/ Nous ne faisons pas de politique et nous jouons de la musique, et 
nous portons une parole de paix et d'amour. Le conflit Israelo-Palestinien est extrêmement complexe, nous désapprouvons tout acte de violence, de part et d'autre et sommes profondément attristés par ce conflit et ses conséquences dramatiques.

3/ Si le Festival d'Eilat est financé en partie par le gouvernement israélien, c'est un signe d'ouverture vers la culture et le jazz, et cela ne peut être que bénéfique pour confronter nos cultures. 
Une dictature n'invite pas les artistes étrangers, bien au contraire. Les fans de Jacky en Israel sont comme tous les fans de jazz des gens humains, pacifistes, et qui espèrent la paix dans cette région du monde. Ils sont vos meilleurs alliés et vous semblez vouloir les punir. De plus le festival d’Eilat est un festival internationalement reconnu pour sa qualité et son ouverture sur le monde.

4/ Boycotter le festival, c'est un message injuste envers l'ensemble de la population israélienne, envers nos fans et nos amis, et 
c'est stigmatiser une population et un pays au lieu d'apporter une contribution pacifique et un message d'espoir. Nous sommes libres en Israel d'exprimer nos convictions, et j'en ai parlé avec les organisateurs du festival. Poussons votre raisonnement jusqu'au bout, plus aucun artiste étranger ne vient se produire en Israel... plus de festival de jazz... qui aura gagné ? où est l'ouverture, la liberté ? la possibilité de porter une culture différente ? d'exprimer nos opinions ? Que dire de la politique artistique en Iran, en Syrie, au Mali aujourd'hui ? Plus aucun artiste étranger n'est invité. Est ce là votre sens de l’ouverture et du Dialogue ? 

5/ Vous nous dîtes que certains Palestiniens ne pourront pas assister au concert de Jacky, c'est effectivement bien triste, 
mais nous serons heureux de jouer en Palestine si on nous y invite (ce qui n'a pas encore été le cas). Nous ne sommes pas responsables de cette situation et ne pouvons que la déplorer. Le chemin est long vers un monde meilleur.

6/ Nous rejoignons Eric Truffaz dans sa réponse, si nous devions être d'accord avec les politiques des gouvernements des pays qui nous invitent, nous n'aurions pas beaucoup d'endroits où nous jouerions. 
Notre mission est ailleurs, dans la musique et dans l'espoir de porter un message de paix et de tolérance aux peuples de notre planète.

7/ Votre activisme et votre intolérance sont insupportables. De "faux fans facebook" publient des messages demandant expressément aux musiciens de ne pas jouer en Israel, et c'est bien du harcélement que vous faîtes auprès des artistes. C'est d'ailleurs très étonnant car ces fans qui prétendent influencer les artistes ne sont pas de vrais fans , 
mais simplement votre armée de petis soldats qui viennent polluer un espace paisible et positif que sont les murs facebooks des artistes.

8/ Lors de notre conversation téléphonique, vous avez insinué assez sournoisement que vous êtes un grand fan de Jacky Terrasson et que vous achetiez ces disques et veniez à ces concerts, mais que vous allez y réfléchir à deux fois maintenant que vous savez qu'il joue pour Israel.  Ces propos contestables comme le ton de votre dernier mail ne changeront pas nos convictions. Je ne crois pas un seul instant que vous soyez fan de Jacky Terrasson.

9/ Ce qui me dérange le plus dans votre démarche... c'est la haine d'Israel que vous avez, une haine maladive, aveugle et bien sur dissimulée par du "politiquement correct". 
Par vos actions, ce ne sont pas les Palestiniens que vous aimez et que vous défendez, ce sont les Israeliens que vous haïssez. En d'autres temps, on sait très bien où cette folie à pu conduire notre monde. Vous êtes antisionniste et sournoisement et paradoxalement antisémite (vous le petit fils d'un rabbin connu pour ses positions humanistes), vous le dissimulez sous un prétexte d'organisation humanitaire, et de justicier du monde.

10/ Si Stanley Jordan, le Portico Quartet ont annulé leur concert au Red Sea Jazz Festival, c'est leur choix, que nous respectons. Certains de nos artistes refusent de jouer en Israel. Ce sont leurs convictions politiques et nous vivons en démocratie, et nous respectons sincèrement toutes les opinions. Mais respectez les nôtres, nous pensons être plus utile en étant invité à exprimer notre musique  pour le peuple israélien plutôt qu'à refuser de venir jouer dans un pays dont nous désapprouvons les décisions gouvernementales. Libre à Jacky Terrasson de se faire sa propre opinion, après sa venue. 
Ne forcez pas les gens à penser ce que vous souhaitez qu'ils pensent... c'est de la dictature intellectuelle et de la manipulation, celle là même que vous prêtez aux dirigeants israéliens.

11/ La Palestine a besoin de soutiens internationaux, d'actions positives, de paix et ce n'est pas en prônant la violence (intellectuelle et verbale) et l'intolérance, que vous aiderez la Palestine. Je me suis moi-même rendu à Ramallah, pour y produire un concert gratuit de Shakti, soutenu par les Nations Unies, et nous avons aidé à financer une école de musique pour les enfants victime de la guerre. Voilà des actions positives, pacifistes qui ont un sens, de l'humanité. 
Mettre dos à dos les deux camps, ce n'est pas oeuvrer pour la Paix, c'est mettre de l'huile sur le feu.

12/ Votre comparaison avec l'Apartheid en Afrique du Sud est fausse. 
L'Apartheid en Afrique du Sud fut condamnée par les Nations Unies et se définie par une ségrégation raciale, qui donna lieu dès le 2 Décembre 1968 à une recommandation de suspendre tous les échanges culturels, educatifs et sportifs avec l'Afrique du Sud, et dès 1973 par la résolution 3068 de l'ONU. Nous ne serions pas aller jouer en Afrique du Sud... et je pense que la couleur de peau de Jacky Terrasson (que vous ne semblez décidement pas connaître, cela en devient risible) ne nous aurait bien évidemment pas permis d' y être invité. Le régime en Afrique du Sud était un régime totalitaire, illégitime, anti-démocratique et raciste. A ce jour l'ONU n'a pas appelé publiquement ou par résolution au boycott d'Israel, ni la France, ni les Etats-Unis qui sont les deux pays de Jacky Terrasson. Si tel était le cas, nous n'irions pas jouer en Israël.

Dans mon agence, je représente des artistes musulmans, des artistes israéliens, beaucoup de religions différentes, de nationalités, et c'est un espace de tolérance, de paix, de dialogue. J'ai produit plus de 3000 concerts dans le monde, et c'est la première fois que je reçois autant de missives désagréables. Vous l'homme de science, vous devriez faire confiance à la rigueur de l'analyse au lieu de rentrer dans un conflit ouvert avec les artistes.

Je terminerais par cette citation de Koffi Annan,
"la Tolérance est une Vertu qui rend la paix possible".

Bien Cordialement,
Christophe Deghelt,

Quelques liens pour nourrir votre réflexion, nous avons volontairement laissé toutes les opinions s’exprimer.

Le Site du BDS - la Page sur Jacky Terrasson
Le Site de Creative Community for Peace
La page Facebook - Stand with Us
La page Facebook de Jacky Terrasson
La page Facebook d’Erik Truffaz
Réécoutez l’émission sur RTS
Blog Le Monde Et si les Israéliens étaient plus ouverts que leurs partis politiques sur la Palestine ?

Ce post a été lu: fois.




RETOUR AU BLOG